Tutoriel d’utilisation du kit de rédaction

Qu’est-ce que le kit de rédaction ?

Il s’agit d’une plate-forme permettant de créer ses propres histoires interactives. Elle permet aux auteurs, qu’ils soient édités ou non par Adrénalivre, de construire leur propre histoire interactive.
Nous vous proposons de découvrir comment prendre en main cette plate-forme !

Découvrez nos vidéos tutoriels sur notre chaîne YouTube afin de perfectionner votre utilisation de notre kit de rédaction :


Apprenez à écrire une fiction interactive

Étape 1 – Débuter son histoire et créer l’intéractivité

Voici un aperçu de la page d’accueil du kit de rédaction. Une fois que vos histoires auront été créées, vous pourrez les voir ici.
Pour débuter une histoire, il suffit de cliquer sur « créer une histoire ».
Vous devrez alors trouver un nom à votre histoire, puis cliquer sur ajouter.

Une fois cela fait, les choses sérieuses peuvent enfin commencer !

Voilà ce qui apparaîtra une fois que vous aurez créé votre histoire. La première chose à savoir, c’est comment construire une histoire interactive, et pour cela, il vous faudra ouvrir la toute première case de votre histoire nommée « Prologue ».

Bon à savoir

« Importer une histoire » vous permet d’importer sur le kit de rédaction une histoire que vous auriez enregistrée sur votre ordinateur depuis le kit de rédaction au format html.

Étape 2 – Créer un choix

Tout d’abord, commençons par ce qui est le plus simple : les choix. Le lecteur de votre histoire va en effet être amené à choisir entre différentes possibilités qui vont lui permettre d’accéder à des textes différents (on parle d’histoire à embranchements multiples). Lorsque vous rédigez un passage, vous pouvez à la fin de celui-ci en ouvrir de nouveaux en créant des choix. Nous allons maintenant vous expliquer comment faire
Dans le kit de rédaction, il existe deux types de rédaction pour les choix. Les choix « simples » et les choix « avancés ».
Dans l’exemple ci-contre, nous avons un passage qui propose des choix simples. Cela signifie que l’intitulé du choix (c’est-à-dire ce qui va s’afficher pour le lecteur dans le texte) et le titre du passage qui sera créé seront identiques.

Pour créer un choix simple, vous devez le rédiger de cette façon :
[[Choix]]

Une fois vos choix créés, vous pouvez fermer le passage que vous étiez en train de modifier. Les nouveaux passages correspondants aux choix que vous aurez créés apparaîtront automatiquement.

Voici comment écrire un choix : 

 

 

 

Voici comme votre choix se matérialise dans votre histoire : 

En ce qui concerne les choix avancés, il s’agit de créer un passage dont le titre sera différent de l’intitulé du choix (du texte qui s’affiche pour le lecteur).

Pour créer un choix avancé, vous devez le rédiger de cette façon :
[[Intitulé du choix|titre du passage]]

Vous pouvez nommer les passages ainsi créés comme bon vous semble, avec des caractères spéciaux, des majuscules etc. Nous vous conseillons cependant d’éviter les guillemets. Par exemple : Suite1, suite1, suite-1 ou suite 1 etc.

Voici un aperçu de ce que rend un choix avancé.

Une fois vos choix créés, vous pouvez fermer le passage que vous étiez en train de modifier. Les nouveaux passages correspondants aux choix que vous aurez créés apparaîtront automatiquement.

1 – Pas d’espace entre le texte et vos choix

Quel que soit le type de choix que vous utilisez, il ne doit pas y avoir de saut de ligne entre ces derniers et le texte, ni entre les choix eux-mêmes, car cela se fait automatiquement après, lors de la construction du livre.

2 – Pas de « point » dans vos noms de passage ni de chiffre au début

Par ailleurs, lorsque vous nommez un passage, qu’il soit créé par un choix simple ou avancé, notez bien que vous ne pouvez pas utiliser de point. Par exemple, vous pouvez le nommer passage-1 ou passage 1, mais pas passage.1. Par ailleurs, vous ne pouvez pas commencer le titre de votre passage par un chiffre.

3 – Renvoyez deux choix vers un même passage

Cet outil vous permet ainsi de créer des choix sur mesure. Vous pouvez aussi exploiter les différentes fonctionnalités des choix pour personnaliser au maximum l’expérience du lecteur.
Par exemple, il est possible de créer plusieurs choix renvoyant à un même passage mais affichant des intitulés différents :

[[Manger une pomme|Manger]][[Manger une poire|Manger]]

dans ce cas, les deux choix renvoient vers le même passage « Manger », mais le lecteur a l’impression de réaliser une action en particulier.


Pour faire avancer l’histoire, vous pouvez également utiliser des « display » à l’instar des choix ! Ils permettent à l’auteur, lorsque l’interaction est impossible, de poursuivre sa trame narrative pour éventuellement passer d’une scène à une autre. Ils sont utilisés comme secours. Néanmoins, nous vous conseillons de ne pas en abuser puisque la promesse d’Adrénalivre est de proposer des histoires interactives au lecteur. Avec trop de « display », la lecture deviendra linéaire.

Exemple : Vous souhaitez que le passage « Reine » affiche également le texte contenu dans le passage « Suite pizza » :

 

 

Voici le résultat rendu : 

Étape 3 – Créer des conditions

Les conditions permettent de modifier le texte affiché selon le parcours emprunté par le lecteur.
Ces deux passages renvoient directement à la case « le balcon », qui pourtant propose des situations différentes.
C’est grâce aux « conditions » que nous allons pouvoir créer une histoire qui se personnalise en fonction des choix faits par le lecteur.
Voyons maintenant comment créer ces conditions.

 

Ce bouton vous permettra de créer des conditions !

Il se situe en première position à gauche au sein d’un passage.


Vous pouvez construire des conditions en fonction de différents éléments :

Passages lus

Objets possédés

Caractéristiques

Pistes trouvées

Nous vous expliquerons comment construire une condition avec l’éléments des passages lus, la procédure restant exactement la même pour créer des conditions avec les autres éléments.
La condition que vous utiliserez le plus souvent est celle relative à un passage. Celle-ci permet de prendre en compte le fait que le lecteur ait lu ou non un passage en particulier, et ainsi adapter le texte en fonction des informations dont le lecteur dispose selon les choix qu’il aura faits.

Phase 1 : Afficher la condition

C’est très simple, au sein de votre passage, il convient positionner votre curseur dans le passage et de cliquer sur le bouton de création de condition :

Phase 2 : Configurer votre condition

Pour créer une situation en lien avec le passage choisi, il vous faut ouvrir une condition, la modifier (en cliquant sur l’icône « Crayon » en haut à droite de la condition) et choisir l’option « Passages » dans le premier menu déroulant.

 

Phase 3 : Finaliser votre condition

Lorsque vous choisissez de créer une condition en lien avec un passage, vous aurez ensuite accès à chaque passage disponible dans un volet déroulant. Mais vous pouvez également écrire directement le nom du passage voulu.

Dans le troisième menu déroulant, vous pouvez choisir les termes de la condition, à savoir si le passage en question a été lu (« est visité »), ou non (« n’est pas visité »).

 

Phase 4 : Écrire votre condition

Le texte qui se trouve dans les rectangles est celui qui s’affiche lorsque le passage relatif à la condition a été visité.
Grâce aux conditions, vous pouvez également insérer des choix qui seront disponibles uniquement dans une situation donnée. Pour cela, il vous suffit de les insérer dans la fenêtre de la condition en les rédigeant comme vu précédemment.

 

Vous avez également la possibilité de créer des doubles conditions et des alternatives grâce aux icônes :

L’icône « Et » vous permet de créer une double condition, c’est-à-dire que vous pourrez définir deux conditions interdépendantes. Le texte que vous aurez rédigé dans cet encart ne pourra alors s’afficher que si le lecteur a rempli l’une et l’autre des conditions.

L’icône « Ou » vous permet de créer une alternative, c’est-à-dire que vous pourrez définir deux conditions qui pourront se substituer l’une à l’autre. Le texte que vous aurez rédigé dans cet encart s’affichera alors si le lecteur a rempli l’une ou l’autre des conditions.

Ces deux icônes serviront à créer des conditions multiples.

Imaginons qu’à un moment de l’histoire, vous avez laissé le choix à votre lecteur entre trois possibilités : nous les appellerons choix A, B et C. Vous voulez ensuite faire référence à ce que le lecteur aura décidé : il vous faudra donc imaginer un texte différent pour chaque possibilité (que nous appellerons texte A’, B’ et C’) et pouvoir afficher celui correspondant au choix de votre lecteur. Vous aurez donc besoin des conditions.

Pour rédiger le texte A’ (qui fait référence au choix A), il vous suffit de créer une condition en suivant la démarche que nous venons d’expliquer. Puis, vous cliquez sur l’icône « ou si », qui vous permet d’ouvrir une nouvelle condition. Vous pouvez alors la paramétrer pour faire référence au choix B et rédiger le texte B’. Pour la dernière condition (il s’agit de faire référence au choix C), vous utiliserez l’icône « sinon » : celle-ci ouvre un nouvel encart où vous pourrez rédiger le texte C’.
L’icône « Sinon » permet en effet d’indiquer le texte qui s’affichera dans le cas où aucune des conditions n’aura été remplie par le lecteur. Cela peut prendre la forme suivante : « si le passage X est visité, le texte X s’affiche ; sinon, le texte Y s’affiche ».

Note : Vous pouvez faire plus de trois conditions. Dans ce cas, vous créez votre première condition selon la démarche habituelle. Vous créerez toutes les suivantes grâce à l’icône « ou si », à l’exception de la dernière, où vous utiliserez l’icône « sinon ».

Il n’est pas nécessaire de créer une condition alternative avec « Sinon » si le fait de ne pas accéder au texte rendu accessible par la condition ne nuit pas à la compréhension de l’histoire. Par exemple vous pouvez décider de créer un texte « masqué » qui sera accessible par une condition et sera simplement suivi du texte que chacun verra, même s’il ne remplit pas la condition :

Vous pouvez avoir recours à ce procédé afin d’éviter une incohérence (par exemple, vous pouvez vous en servir pour apporter une information que le lecteur n’aura pas eue auparavant à cause de ses choix) ou proposer un texte « spécial » (c’est-à-dire, accessible uniquement dans un cas particulier sans que cela ne gêne la compréhension de l’histoire pour le lecteur qui n’y aura pas accès).

Étape 4 – Créer un personnage à l’image du lecteur

Le kit de rédaction n’offre pas uniquement la possibilité de créer une histoire non-linéaire.
Vous avez également la possibilité de créer un « panel du personnage » dans lequel le lecteur retrouvera plusieurs éléments :

 

Ses caractéristiques

Les caractéristiques permettent de forger la personnalité du personnage ; elles pourront évoluer tout au long de l’histoire selon les choix du lecteur. Exemple : le courage, la force, une compétence…

Le journal de bord ou pistes

Les pistes (ou Journal de bord) vous permettent de relever des instants importants. Ceux-ci vont être autant de moments-clé qui constitueront un fil conducteur pour le lecteur.

Son inventaire

Les objets (contenu dans l’inventaire) vont être ceux que le personnage pourra avoir en sa possession, qu’il les ait depuis le début du récit ou les trouve en chemin.

Le panel du personnage au sein du kit de rédaction se présente dans la forme suivante :

Bon à savoir

Pour chaque option, vous aurez à définir l’intitulé de la caractéristique, de la piste ou de l’objet (c’est-à-dire le texte qui s’affichera dans le panel quand le lecteur le visitera) puis un identifiant (un « nom de code » que l’on va utiliser lorsqu’on voudra modifier l’élément au cours de la rédaction de l’histoire) ; ce dernier ne peut être écrit qu’avec des lettres (minuscules et majuscules) et des _Exemple : piste_un ou Piste_UNVous ne pouvez pas utiliser de chiffres dans les identifiants.


Vous avez ce que compose le « panel du personnage » !
Voyons comment créer les caractéristiques, journal de bord et l’inventaire qui suivront le personnage tout au long de votre histoire.
Les caractéristiques vont permettre de définir la personnalité du personnage. Il est conseillé de choisir trois caractéristiques, mais vous pouvez en définir moins ou plus.

Pour créer une caractéristique, il faut tout d’abord l’ajouter. Après cela, vous devrez lui choisir un nom. Exemple : Niveau d’attention Puis vous devrez entrer un identifiant (rappelez-vous, uniquement des lettres et des _) Exemple : niveau_attention, Niveau_Attention ou niveauAttention etc, ou tout simplement attention.

Pour chaque caractéristique créée, vous devrez saisir plusieurs valeurs pour celle-ci en cliquant sur « ajouter une valeur ». La valeur va permettre de nuancer la caractéristique du personnage et la faire évoluer au fil de l’histoire selon les choix du lecteur.
Dans cette section, vous pouvez entrer des moments clés de l’histoire, qu’il vous semble important que le lecteur garde en mémoire.
Par exemple, si vous imaginez que votre personnage pourra se disputer avec un autre personnage, et que cela a un effet sur d’autres passages, vous pouvez l’indiquer dans les pistes.

Ici aussi, vous devrez entrer l’intitulé de la piste :
par exemple « Mégane s’est disputée avec Bertrand » ; puis l’identifiant de cette piste,
exemple : dispute_bertrand ou dispute ou dispute_Bertrand etc. (nous vous rappelons que vous ne pouvez utiliser que des lettres, minuscules et majuscules, et des _).

Vous pouvez choisir de créer des objets avec lesquels votre personnage pourra interagir. Il peut les posséder dès le début de l’histoire ou bien les trouver à un moment donné du récit et décider de le conserver. De même, il peut perdre un objet qu’il avait en sa possession.

La marche à suivre pour la création d’un objet est la même que pour la création d’une piste. Il vous faudra lui choisir un nom (par exemple : sac à dos ou clés etc.) et un identifiant (par exemple : sac_a_dos ou sacDos ou sac_Dos etc ou cles ou Cles etc.)


Vous avez maintenant créé au sein du « panel du personnage », différents éléments que sont ses caractéristiques, les objets qu’il peut transporter et les piste ou le journal de bord qu’il pourra consulter.
Ces différents éléments ont vocation à évoluer au fil de la lecture. Ces donc vous auteurs qui déterminera quand et comment ces derniers évolueront.
Modifier une caractéristique dans un passage vous permet de la faire évoluer (par exemple, votre personnage peut gagner en force, être plus méchant, moins courageux etc.).
Il vous suffit d’écrire l’identifiant de la caractéristique à modifier et de cliquer sur l’icône « plus » ou l’icône « moins » pour indiquer comment vous souhaitez faire évoluer la caractéristique, quel que soit le niveau auquel votre lecteur se situera à ce moment de l’histoire.

Par exemple, si vous avez plusieurs valeurs pour une caractéristique, vous pouvez choisir d’atteindre une valeur précédente en cliquant sur le « moins » et en choisissant de combien de niveaux vous souhaitez reculer. A l’inverse, vous pouvez choisir d’atteindre une valeur suivante en cliquant sur le « plus » et en choisissant de combien de niveaux vous souhaitez avancer.
Par exemple, on peut imaginer une caractéristique « Courage », déclinée sur plusieurs valeurs : peureux, prudent, courageux et intrépide. Si le personnage est courageux et que vous modifiez la caractéristique avec la valeur « -2 », il sera peureux ; de même, si vous la modifiez avec la valeur « +1 », il sera intrépide.

Modifier un objet permet de faire apparaître ou disparaître un objet de l’inventaire. Il vous suffit de renseigner l’identifiant de l’objet à modifier et d’indiquer s’il est possédé ou non par le personnage :

Si vous souhaitez que le personnage possède un ou plusieurs objet(s) dès le début de l’histoire, il vous suffit de l’activer dans le prologue (soit le premier texte de votre histoire) en suivant la démarche que nous venons d’expliquer.

De la même manière, modifier une piste permet de la débloquer ou non. Il vous suffit de renseigner l’identifiant de la piste et indiquer si elle est trouvée par le personnage ou non :

Trouver une piste déclenche l’affichage de son intitulé (décidé précédemment) dans le panel du personnage.

Étape 5 – Laisser le lecteur choisir son nom

Enfin, pour rendre l’histoire encore plus immersive pour vos futurs lecteurs, vous disposez également de la possibilité de leur faire choisir un nom pour leur personnage.
Il vous faudra tout d’abord leur demander de renseigner un nom. Pour cela, vous placerez votre curseur à l’endroit dans le texte où vous souhaitez que le lecteur inscrive le nom qu’il aura choisi et appuierez sur l’icône suivante :

  • Connector.

    Demander au lecteur d'écrire son nom

    Le code « textbox « $prenom » « Votre prénom » » va alors apparaître et matérialiser l’emplacement de la barre où le lecteur pourra saisir du texte.Afin d’utiliser dans votre histoire le nom qu’aura choisi le lecteur, vous placerez votre curseur à l’endroit où vous voulez qu’il apparaisse et appuierez sur l’icône suivante :

  • Connector.

    Inscrire automatiquement le nom du lecteur

    Le code « print $prenom » va alors apparaître et matérialiser l’emplacement où le nom choisi par le lecteur s’affichera.

Bon à savoir 1

Cette fonctionnalité est généralement utilisée pour que le lecteur donne un nom au personnage, mais peut être utilisée pour autre chose. Ex : nom de ville, nom d’entreprise… sachant qu’il vaut mieux que cela soit une information récurrente

Bon à savoir 2

On ne peut demander qu’une seule fois au lecteur de saisir du texte. En revanche, on peut insérer le choix du lecteur autant de fois qu’on veut.

Bon à savoir 3

On ne peut demander qu’une seule fois au lecteur de saisir du texte. En revanche, on peut insérer le choix du lecteur autant de fois qu’on veut.

Étape 6 – Créer un monde ouvert : l’espace des libertés


Enfin, le kit de rédaction vous permet de créer un « espace des libertés ». Cet espace est composé de plusieurs points d’intérêt (ou POI) que le lecteur sera amené à découvrir comme il le souhaite pendant sa lecture. Pour simplifier, on peut se le représenter sous forme de carte géographique composée de différents lieux.


Le plus souvent, l’espace des libertés rassemblera des lieux, mais vous êtes tout à fait libre de l’imaginer autrement. Par exemple, ce peut être un espace temporel et les POI seraient alors des époques que le lecteur pourra explorer.

a.

Pour construire votre espace des libertés, il vous faut donc ajouter un ou plusieurs POI.

Pour chaque POI, vous aurez alors à définir son intitulé puis un identifiant, ce dernier ne pouvant être écrit qu’avec des lettres (minuscules et majuscules) et des _. Par exemple : lieu_un ou lieu_UN.

Vous ne pouvez pas utiliser de chiffres dans les identifiants.

b.

Au cours de votre histoire, vous pourrez donner la possibilité à votre lecteur d’explorer un ou plusieurs POI de votre espace des libertés.
Pour cela, il vous faudra tout d’abord cliquer sur l’icône suivante :

Vous devez ensuite activer l’espace des libertés :


Enfin, dans la même fenêtre, il vous faut préciser le ou les POI que vous voulez activer à ce moment-là de l’histoire :

Une fois que votre lecteur aura choisi sa destination et continuera la lecture de l’histoire, l’espace des libertés se fermera automatiquement. Il vous faudra alors l’ouvrir à nouveau quand vous en aurez besoin en suivant la même démarche.

Bon à savoir

Lorsque vous ouvrez à nouveau votre espace des libertés, les POI qui auront été activés précédemment s’activeront automatiquement. Il vous faut donc penser à désactiver les POI dont vous n’avez pas besoin quand vous activez l’espace des libertés.

c.

Les différents POI de votre espace des libertés peuvent être utilisés comme points de départ pour des passages. Vous aurez alors besoin des « display » dont nous avons déjà parlé.
En effet, quand vous ouvrez l’espace des libertés à la fin, vous demandez à votre lecteur de choisir une destination. Celle-ci va le conduire vers un autre passage avec du texte. Cependant, nous vous recommandons de ne pas écrire votre texte directement dans les cases des POI de votre espace des libertés, mais de créer des passages à part pour vos textes (en cliquant sur l’icône verte dans la barre d’outils en haut de votre écran). Chaque passage sera relié à un POI.

Pour cela, il vous faut, dans chaque POI de votre espace des libertés, indiquer un « display » qui renvoie au passage correspondant. Dans l’exemple ci-dessous, le texte qui doit s’afficher lorsque le lecteur choisit la destination « La sandwicherie » est donc rédigé dans un passage à part et relié au POI de l’espace des libertés grâce à un « display » inséré dans la case du POI de l’espace des libertés :

Les « display » insérés dans les POI de l’espace des libertés vous permettent également de définir un POI comme point de départ de plusieurs passages. Pour cela, il vous suffit de soumettre les « display » du POI concerné à une condition, comme vu précédemment.

Il vous faut d’abord créer les différents passages que vous souhaitez voir apparaître à partir d’un même POI à différents moments de l’histoire. Ensuite, vous devez créer des pistes qui fonctionneront comme un repère pour le POI et seront une condition pour accéder aux passages que vous venez de créer : chaque piste débloquera un passage en particulier à partir du POI. Dans chaque passage concerné, il vous faut ainsi activer la piste correspondante suivant la démarche que nous avons vue dans l’étape 2. Dans ces mêmes passages, il vous faut aussi ouvrir l’espace des libertés. Ensuite, vous sélectionnez le POI concerné par tous ces passages et y créer des conditions.

Grâce aux pistes que vous avez créées, vous allez définir vos conditions de façon à ce que chaque piste débloque le passage auquel elle correspond et indiquer ce passage par un « display ».
Par exemple, pour un passage « passage_1 », vous créerez une piste « piste_1 ». Dans le POI à partir duquel ce passage s’ouvrira, vous allez créer une condition : si « piste_1 » est trouvée, alors <>.

Pour ajouter d’autres passages au même POI, il vous suffit de créer d’autres conditions à l’aide des icônes « ou si » et « sinon », comme vu précédemment. Vous allez ensuite définir ces conditions avec les pistes et passages concernés comme nous venons de le voir.

Voilà ! Votre espace des libertés est prêt à être exploré !

Étape 7 – Bien utiliser le kit de rédaction

a.

Le kit de rédaction met à votre disposition des outils pour vous aider à la rédaction et à l’organisation de votre histoire.

L’outil « Recherche rapide », en haut à droite de votre écran, vous permet de retrouver un passage à l’aide de quelques mots-clé tapés dans la barre de recherche.

L’icône qui se situe à droite de cette barre de recherche vous permet d’accéder à l’outil « Rechercher et remplacer ». Celui-ci vous permet de retrouver un mot utilisé fréquemment dans l’histoire dans votre histoire et de le remplacer par un autre. Par exemple, si vous souhaitez modifier le nom d’un personnage, il est plus rapide et plus sûr d’utiliser cet outil pour remplacer toutes les occurrences du nom de ce personnage par le nouveau nom que vous souhaitez lui donner.

L’affichage par défaut de votre histoire sur le kit de rédaction vous permet de visualiser le titre des passages avec un extrait de votre texte.
Vous avez néanmoins la possibilité de modifier cet affichage selon vos besoins grâce à ces trois icônes présentes en haut à droite de votre écran :

Zoom moyen

Zoom rapproché

Zoom éloigné

b.

Vous êtes fin prêt à commencer votre histoire ! Notons que vous pouvez à tout moment tester votre histoire, c’est-à-dire la lire comme si vous étiez lecteur, en faisant des choix. Pour cela, il vous suffit de cliquer sur « Tester », dans la barre d’outils en haut de votre écran :

 

Cette icône vous pouvez également débuter le test à partir d’un passage précis de votre histoire. Pour cela, il vous suffit de placer votre souris sur le passage voulu.

c.

Vous avez déjà écrit une histoire interactive et vous décidez d’en écrire la suite ? Nous avons quelques conseils à vous proposer.
Dans cette nouvelle histoire, vous aurez peut-être envie de faire des références à des choix que le lecteur aura faits en lisant la première histoire en utilisant les conditions. C’est tout à fait possible ! Nous allons vous expliquer comment.

Créer un prologue avec des choix
Vos deux histoires étant sur des fichiers distincts, elles ne peuvent pas être directement reliées. De ce fait, pour pouvoir tout de même faire référence à votre première histoire, nous vous conseillons d’écrire un prologue qui permettra de savoir ce que le lecteur a fait dans celle-ci.
En utilisant le système des passages ouverts par des choix, vous allez poser au lecteur des questions relatives aux moments de la première histoire auxquels vous voulez faire référence.
Par exemple, vous pouvez lui demander s’il est allé à tel endroit (par exemple, une maison hantée), et lui proposer un choix entre « oui j’y suis allé » et « non je n’y suis pas allé ».

Dans votre nouvelle histoire, quand vous voudrez faire référence à ce moment de la première histoire, vous pourrez alors utiliser le système des conditions vu précédemment en reprenant les passages du prologue.
Par exemple, pour faire référence à un endroit que le lecteur aurait visité ou non (la maison hantée pour reprendre l’exemple cité plus haut), vous pourrez créer une conditions du type : si le passage « oui j’y suis allé » est visité, alors vous pouvez faire référence à la maison hantée, sinon vous ne mentionnez pas ce lieu.

À la fin de votre prologue, vous pouvez alors créer un choix unique qui renverra le lecteur au début de votre histoire à proprement parler.

Utiliser des « display » dans le prologue
Dans ce prologue, vous pouvez également utiliser les « display » dont nous avons déjà parlé. En effet, vous pourrez les utiliser pour réunir deux passages sur une même page quand le lecteur lira votre histoire.

Prenons un exemple concret. Lorsque vous poserez une question à votre lecteur, vous lui laisserez le choix entre plusieurs réponses. Dans les passages correspondants à ces réponses, vous pourrez insérer un « display » afin d’afficher à la suite du texte la question suivante, laquelle se trouve dans un passage différent.